[Vu !] Abraca d’Ankama, un « party game » réjouissant.

JEU VIDÉO – Le studio Ankama présentait la semaine dernière ses nouveautés et c’est Abraca qui retenu notre attention. Vraiment !

Abraca-7Et si les contes de fées ne nous avaient encore tout dévoilé ? Un château, des princes vaillants, des crapauds et des princesses. Bon jusque-là c’est classique. Il y a des couleurs, de l’action, de l’enthousiasme, une prise en main immédiate. Bref, une première impression de retour en enfance avec un design punchy et des couleurs acidulées.

Abraca-6

Mais sous ses airs enfantins Abraca n’est pourtant pas un jeu pour enfant ou alors pour grands gamins ! Le « party game » d’Ankama est conçu pour 2 à 4 joueurs simultanés. Quatre princes charmants s’affrontent dans une course à obstacles effrénée. Atour de rôle chaque joueur incarne un prince et doivent accomplir le parcours en quelques secondes pour avancer le plus loin possible poussé en avant par des niveaux en scrolling horizontal. Ainsi il faut franchir l’écran avant qu’il ne vous fasse sortir du décor. Évidemment pendant ce temps-là les 3 autres joueurs sont là pour vous mettre des bâtons dans les roues sur ce parcours semés d’embûches.

Abraca-4

Une partie se compose de neuf tableaux et un prince peut parvenir à franchir 2 tableaux. Chaque joueur jouant à tour de rôle, la partie bénéficie d’une très belle durée de vie. Pour accomplir sa mission, le prince est équipé d’une épée, peut se servir d’une grenouille comme bouclier et sauter. Rien de trop car les autres joueurs vont tout faire pour ralentir la progression du joueur. Ainsi quand un prince charmant se lance dans la conquête d’un tableau, les autres joueurs vont incarner les autres princes, des dragons cracheurs de feu, les têtes d’une hydre… A chaque tour, si le prince meurt, il reprend à son dernier point de sauvegarde c’est-à-dire au début du tableau dans lequel il vient de se lancer. A la fin du chrono imparti, la partie recommence avec un nouveau prince aux commandes. Si les joueurs adverses se coordonnent ils peuvent rendre la partie particulièrement compliquée. Les stratèges formeront les alliances pour bloquer leurs adversaires et n’hésiteront pas à les rompre pour se favoriser au dernier moment.

Abraca-1

Un joyeux chaos

Lorsque les joueurs ont tous tenté leur chance, le tour est terminé. Avant d’en entamer un nouveau, le jeu propose un jeu de combat : place à la bataille de princesses. A la manière d’un Smash Bros., les joueurs incarnent des princesses combatives et prêtent à tout pour éjecter leurs concurrentes ! Les joueurs s’affrontent alors sans pitié. Moins technique mais tout aussi jouissif, les princesses se révèlent de sacrées guerrières loin de l’image de la princesse en détresse. Pour se déplacer elles s’aideront de ressorts et de plateformes pour se maintenir le plus loin possible du vide tout en essayant de récupérer les bonus disséminés dans l’écran qui n’apparaissent que quelques secondes. Si les princesses meurent facilement, elles ressuscitent également très vite ce qui donne un côté ultra vitaminé et dynamique à ces interludes. Les objectifs changent à chaque bataille (récupérer des objets, vaincre le plus d’adversaires…) et le classement des princesses en fin de partie déterminent la durée de vie en nombre de cœurs que chaque prince aura pour progresser au tour suivant.

Abraca-2

Le jeu asymétrique, qui ne laisse pour autant jamais un joueur sur la touche, fait d’Abraca une excellente surprise. Sa diversité et la diversité des genres présentés font d’Abraca un véritable jeu à enjeu. Les défis sont bien là, la pagaille à l’écran est déjantée. L’alternance des points de vue grâce au changement de rôle dans e jeu en font une expérience complète. La prise en main simplifiée par un gameplay efficace au nombre limité de touches le rendent accessible sans pour autant sacrifier la difficulté.

Ankama parle de différents thèmes comme le « haricot magique » en scrooling vertical ou « la reine des neiges » et ses glissades ce qui laisse présager de bonnes parties de fous rires et de bastons en fin d’année.

Attendu sur consoles, Mac et PC en fin d’année, Abraca devrait enchanter la fin d’année.

Ender

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.