[Lu !] Chère Scarlet, une déculpabilisante déclaration d’amour

ROMAN GRAPHIQUE – Un sujet complexe, une histoire personnelle et touchante. Avec Chère Scarlet de Teresa Wong, Dunod étonne en utilisant la bande dessinée pour déculpabiliser et faire de la pédagogie sur un sujet difficile à appréhender : la dépression post-partum.

La dépression post-natale est aussi difficile à comprendre tant pour les hommes que pour les femmes qui ne l’ont pas vécue. Pathologie complexe, il n’existerait pas de cause unique mais plutôt une combinaison de facteurs qu’ils soient physiologiques ou liés aux changements de vie provoqués par l’arrivée du bébé.

C’est pour nous inviter au cœur de cette complexité que Teresa Wong a conçu son roman graphique, sous forme d’un journal. Elle déroule sous un trait simple, un témoignage sincère directement adressé à sa fille.

Dunod, spécialisée dans les ouvrages de formation universitaire et professionnelle, n’est pas coutumière de la bande dessinée. Spinoza, la physique quantique, lorsque la maison d’édition s’essaye aux phylactères, c’est pour rendre les sujets complexes plus accessibles. Cet ouvrage ne fait pas exception. En allant droit au but, avec la volonté de ne rien farder, Teresa Wong libère la parole et offre une possibilité au lecteur d’accepter à défaut de pouvoir vraiment comprendre.

Chère Scarlet aborde un sujet qui touche près d’une mère sur dix et dont on parle très peu. Il est surtout la déclaration d’amour d’une maman pour sa fille. Une femme qui n’a pas pu faire autrement que douter, puis surmonter pour enfin vivre pleinement son rôle de maman.

Auteure : Teresa Wong
Éditeur : Dunod
Collection : Hors Collection
Format : 19 x 25 cm – 128 pages

Prix : 15,90 €
Date de sortie : 10 juin 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.