Home » A la une,Bandes dessinees,LA BANDE DESSINEE » [Critique] Cap sur Azimut Tome 1 Les aventuriers du temps perdu

[Critique] Cap sur Azimut Tome 1 Les aventuriers du temps perdu

Rien ne tourne rond au Royaume de Ponduche et pour cause, on a perdu le Nord ! Si bien que même l’explorateur aguerri s’égare en pleine mer des années pour finalement échouer sur ses côtes ! Mais qui vole le Nord et le temps ? Ouvrez Azimut et plongez dans un monde sens dessus-dessous.

banniere Azimut

Azimut_couvLe Royaume de Ponduche est le pays où vivent un ornithologue et son fils, perchés dans une cabane à la cime d’un arbre séculaire et majestueux. A la grande surprise du père, le fils a repéré une belle Lurette, un rare et mystérieux. Lorsqu’il pond un œuf tacheté de douze points, il est bouleversé par la nouvelle. L’oiseau est au terme de sa vie (144 ans soit un œuf tous les douze ans). Son encyclopédie est formelle, cet événement est capital ! Au moment de s’en emparer de l’œuf, l’ornithologue bascule vers une chute vertigineuse. Il parvient malgré tout à gober son précieux trésor.

Plusieurs années s’écoulent quand l’explorateur Quentin de la Pérue égaré en mer depuis deux ans aperçoit enfin les côtes de nouvelles terres. Une barque à l’eau, il accoste pour s’apercevoir qu’il est de retour à son point de départ ! Le destin semble s’acharner quand il réalise la présence de son roi occupé à assouvir les dix-sept caprices de sa jeune fiancée Manie qui n’en a pourtant qu’après son argent. C’est donc moqué qu’il apprend qu’on a perdu le Nord ! En attendant que quelqu’un s’en préoccupe, les poissons-volants s’échouent sur les plages et les navigateurs gardent les pieds sur la terre ferme.

Un univers riche et loufoque

Dès la couverture accrocheuse, l’envie de plonger ce monde est presque irrépressible. Et bien nous en prend. Le monde imaginé par Wilfrid Lupano est plein de surprises et de bizarreries, et certainement très azimuté. L’univers est inventif mais savamment construit. Excentrique mais plein d’humour, le monde de Ponduche est excessif dans bien des domaines et pourtant structuré et cohérent. On est en plein drame mais les accents loufoques et les décors baroques font basculer dans une aventure fantastique et dépaysante. De nombreux personnages se croisent et les histoires s’entremêlent. Les personnages mécaniques, animaux comme humains surprennent et les décalages temporels semblent nouer irrémédiablement une solide intrigue.

C’est un vrai plaisir de découvrir ce monde onirique et fantastique posant de nombreuses questions sans prendre le temps pour le moment d’y répondre.

L’histoire de Wilfrid Lupano est servie par le superbe coup de crayon de Jean-Baptiste Andréae. La magie opère. Le trait est précis et les couleurs pastelles  pour un résultat vivant et magnifique. Azimut T1 Les Aventuriers du temps perdu est un cocktail détonnant au service d’une fiction empreinte de réalisme. Et peut importe si on perd aussi le Nord en cours de lecture, une seconde lecture apportera son lot d’éclairages et détails passés à la trappe lors de la première.

Mais où va-t-on ? Vers le Tome 2 sans aucun doute.

A lire !

Quatrième de couverture :

Quelque part dans le vaste capharnaüm des mondes possibles, il en existe un où,  plus qu’ailleurs, on reste profondément outré par l’idée de la vieillesse et de son issue tragique : la mort.

Mais a-t-on la possibilité d’y échapper ? Ailleurs peut-être pas, mais dans ce monde-là, il est permis de le penser. C’est en tout cas la théorie du vieux professeur Aristide Breloquinte, qui occupe son temps à étudier les caprices du temps à bord du Laps, son navire laboratoire. C’est aussi l’avis de la belle Manie Ganza, qui semble convaincue que le temps, c’est de l’argent, et même des espèces sonnantes et trébuchantes. Chimère ! Diront certains. Non-sens diront les autres.
Et puisqu’on parle de non-sens, signalons tout de même ce fait étrange : depuis quelques temps déjà, on a perdu le pôle nord. Ça n’a probablement rien à voir… Ou alors, c’est tout l’inverse.

En compagnie d’une myriade de personnages fantastiques que n’aurait pas reniés Lewis Carroll, embarquez pour un fabuleux voyage qui vous emmènera tout autant dans les sphères éthérées de l’imagination qu’au cœur des préoccupations existentielles humaines.

Scénario : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Jean-Sébastien Andréae

Editeur : Vent d’Ouest
Format : 24 x 32 cm
ISBN : 978-2-7493-0647-6

Prix : 13,90 €
Date de sortie : 9 mai 2012

Lu dans le cadre de l’opération Masse Critique BD de Babelio.

About the author