[Lu !] Yako et Poko volume 1, douceur et bonne humeur !

[tab name= »Fiche »]

yako-et-poko-manga-volume-1 Titre : Yako et Poko vol. 1
Scénario : Etsuko Mizusawa
Dessin : Etsuko Mizusawa
Éditeur : Komikku Éditions
Format : 144 pages – Couleurs / N&B
Collection : Seinen
Genre : Tranche de vie, Comédie
Date de sortie : 25 juin 2015
EAN : 978-2-37287-026-9
Prix : 7,90€
Nb de volumes : 2 (série en cours)

©2014 Etsuko Mizusawa (AKITASHOTEN)

 

Résumé éditeur

Yako et Poko vivent dans un monde imaginaire, parallèle au notre.
Chez eux, le niveau de technologie est différent de celui auquel nous sommes habitués. Les robots sont efficaces, parlent et aide vraiment les gens, mais les ordinateurs sont excessivement lents et une simple recherche sur Google peut prendre jusqu’à 30 min pour s’afficher.
Yako est une mangaka et Poko, son assistant, est un robot-chat.
Leur quotidien, touchant et mélancolique, nous offre une véritable évasion du monde dur dans lequel nous vivons. La simple couleur d’un crayon peut rappeler de nombreux souvenirs et apporte un peu de nostalgie “positive”.

 

 

Les volumes de la série
yako-et-poko-manga-volume-1

[/tab]
[tab name= »Critique »]

MANGA – Devenir mangaka est un rêve pour bien des lecteurs de manga. Et si le succès est au rendez-vous, encore faut-il tenir le rythme. Et là à chacun sa méthode. Dans le monde de Yako et Pako imaginé par Etsuko Mizusawa, ce sont des robots qi assistent les auteurs mais là encore à chacun de les programmer selon ses attentes. Découverte d’un univers charmant et empreint de nostalgie aux éditons Komikku.

yako-et-poko-manga-volume-1

Dans un futur lointain mais néanmoins familier, les mangakas sont assistés par des robots qui ressemblent à des animaux mignons. Au tout début de carrière Yako a gagné à un concours de jeunes auteurs un assistant robot-chat qu’elle baptise Poko. Elle prend alors la décision de le programmer en mode « brouillon », l’un des trois proposés avec « bon à rien » et « optimal ». Poko se révèle donc assez maladroit et lent mais appliqué et surtout particulièrement attachant. Bien qu’ayant désormais les moyens de changer, Yako s’accommode parfaitement du travail de Poko malgré les bêtises de son compagnon robot qu’elle répare régulièrement. Grâce à son mode « brouillon », Poko a accès aux jeux des salles d’arcade réservés aux enfants où il gagne un jour en prix de consolation un étrange feutre Yukko. Chaque stylo porte une énigme et on cherche à en deviner la couleur…

Dans Yako et Poko c’est le quotidien de la mangaka que l’on suit .Accompagnée de son robot-chat, sa vie est découpée en saynètes o l’on suit leur travail sur les planches, les rendez-vous entre l’éditeur et Yako pendant que Poko est à la salle de jeux…

Yako et Poko se penche à sa manière sur les coulisses du monde de l’édition. Ici les assistants en mode « optimal » sont irréprochables, rapides et particulièrement efficaces. Ils permettent même à leurs propriétaires de mener plusieurs projets en parallèle, à contrario des modes « brouillon » certes plus lents mais qui malgré leurs petites erreurs de trames ou oublis fournissent un travail correct. Yako consciente de ses propres limites a choisi de programmer un assistant à son image.

En lisant Yako et Poko, la tendresse qui se dégage de l’œuvre est un vrai coup de cœur. Les deux héros prennent soin de l’autre avec beaucoup de patience et de douceur. La tolérance de Yako envers son assistant est réfléchie. Ayant conscience de ses propres faiblesses elle demande le maximum de Poko, qu’il s’applique et donne le meilleur de lui -même mais jamais l’impossible. Il est plaisant de ne pas être dans le perfectionnisme permanent, la concurrence excessive et le dépassement de soi.

La nouvelle série d’Etsuno Mizusawa est très lent mais particulièrement serein. Le dessin est rond et doux, très mignon et sert parfaitement l’ambiance calme et détendue. Il ne se passe pas grand-chose dans ce manga mais il n’en reste pas moins particulièrement captivant et attachant. Simple et pourtant addictif, Yako et Poko est un brin absurde mais on découvre au final pas mal de petites choses sur le monde du manga et son fonctionnement. On assiste au quotidien des deux héros alimenté par une foule de petits détails anodins mais la rondeur du trait comme la poésie de l’ouvrage en un manga incontournable bon pour le moral.

Etsuko Mizusawa imagine donc un univers futuriste où tout semble pourtant rétro, provoquant une sensation de douce nostalgie un peu improbable mais très réussie. La galerie de personnages autour du duo sont simples comme les décors et pourtant on se prend à observer chaque détails et à se promener au fil des pages. L’auteur développe les relations entre les personnages et les liens d’affection et d’amitié qui les unissent, les différences dans les méthodes de travail entre les mangakas.

Plein de charme, ce premier tome de Yako et Poko est un manga original et plus profond qu’il n’y parait en feuilletant. Le mode « brouillon » de Poko est tout simplement tranquille et indiscutablement craquant. C’est une très jolie découverte.

Scénario : Etsuko Mizusawa
Dessins : Etsuko Mizusawa

Format : 144 pages – N&B
Editeur : Editions Komikku
EAN : 978-2-37287-026-9
Prix : 7,90€
Date de sortie : 25 juin 2015

[/tab]

[tab name= »Image (1) »]

[/tab]
[end_tabset]

Ender

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.