Yaoi, petite plongée dans un genre méestimé

MANGA – Le yaoi est un genre encore assez méconnu qui se développe en France. Manga fait par des femmes à destination d’un lectorat féminin, il met en scène des histoires d’amour entre hommes. Abordant souvent de manière explicite le sexe, très souvent limite du point de vue du consentement où le non veut dire oui, le yaoi a une réputation sulfureuse. Mais voilà comme dans tous les genres, il y a des titres meilleurs que d’autres et surtout des titres idéaux pour se découvrir le yaoi sans tomber dans les travers du genre.

Bouton_Univers_YaoiLe yaoi c’est avant tout une manière de parler ouvertement des relations homosexuelles et  d’aborder les relations familiales.

Si dans les années 1990/2000 le yaoi se limitaient à quelques titres notables comme New York New York (Panini), Zetsuai 1989 (Tonkam) ou encore Gravitations (Taifu Comics), aujourd’hui les éditions Taifu Comics ont diversifié leur offre afin de répondre à la fois à la demande d’œuvres stéréotypées mais également à la demande des lectrices plus âgées qui ont muries, sont plus exigeantes et sont à la recherche d’histoires plus qualitatives et dont la qualité graphique est au rendez-vous, des titres dont l’érotisme ne serait pas nécessairement le nerf de la guerre !

Pour découvrir ce genre mettant en avant des couple d’hommes Taifu Comics nous a proposé quatre titres très différents qui vous plongeront dans des univers et des ambiances accessibles.

Deadlock, de Saki Aida et Yuh Takashina

Deadlock_1-jaq

Yûto, un ancien agent de la brigade des stups (BS), affirme ne pas avoir tué son collègue et avoir été emprisonné à tort. Pour être libéré, il devra identifier un terroriste qui opère depuis la prison.
Cependant, Dick, son compagnon de cellule, lui déclare le jour de son arrivée dans la prison d’État de Schelger qu’il fait partie des cibles à abattre.

Deadlock met la romance homosexuelle au second plan et plonge les lecteurs dans l’environnement oppressant d’une prison de haute sécurité américaine où règne la loi du plus fort. En piégeant ses protagonistes dans un lieu clos et hostile, Aida Saki développe une intrigue immersive qui nous fera suivre le combat d’un homme prêt à tout pour rétablir la vérité et regagner sa liberté.

Chronique du tome 1

Daddy, please fall in love, de Kyo Kitazawa

daddy-please-fall-in-love-taifuJirô Satô est un papa divorcé qui élève tout seul Rintarô, son petit garçon. Il fait par hasard la rencontre de son voisin Takahashi, qui se révèle être gay. Ce dernier adore les enfants et propose à Satô de s’occuper de Rintarô pendant que Satô travaille. Quelques temps après avoir accepté l’aide de Takahashi, Satô commence à se sentir attirer par le jeune étudiant. Lui, qui sort à peine d’un douloureux divorce, décide alors de maintenir ses distances avec Takahashi, ce qui contrarie grandement Rintarô…

L’auteure aborde le sujet de l’homoparentalité, un sujet au cœur de l’actualité. L’auteur dépeint avec sensibilité mais légèreté le thème de la famille et s’attache à montrer la force et la détermination du petit Rintarô qui veut le bonheur de son papa.

Chronique du tome 1

Konshoku Melancholic, de Yuki Ringo

Konshoku_melancholic-jaqUn premier manga attendu, débordant de tendresse et de fraîcheur !
Miyashita, un lycée introverti et timide, rencontre Nishimura, le meilleur coureur sur piste du lycée. Miyashita ne parvient à exprimer ses sentiments pour son ami qu’à travers ses toiles, jusqu’au jour où ce dernier découvre par hasard un de ses dessins inavoués…

Konshoku Melancholic a lancé la carrière de Yuki Ringo. L’auteure prend le temps de livrer une recueil d’histoires réalistes et sensibles. Ce one-shot (une fois n’est pas coutume) développe la psychologie de ses personnages pour offrir une œuvre qui évolue en même temps que les protagonistes.

Chronique du tome 1

In These Words, de Narcissus et de Jun Togai

inthesewords01Katsuya Asano, un profiler formé aux États-Unis, est amené à travailler pour la police de Tokyo afin de fournir le profil d’un tueur en série qui sévit depuis plusieurs années. Grâce à son aide, l’opération est une réussite et Shinohara Keiji est enfin arrêté. Obnubilé par la personne qui est à l’origine de son arrestation, ce dernier accepte de faire des aveux complets, mais à la condition que Katsuya soit celui qui les recueille. À peine le jeune profiler vient-il d’accepter qu’il est tourmenté nuit après nuit par le même cauchemar : un homme dont il ne voit pas le visage le retient prisonnier et le torture tout en lui murmurant à l’oreille qu’il l’aime.
La frontière entre rêve et réalité s’effondre alors brutalement pour lui…

Un thriller psychologique et violent superbement illustré.

Chronique du tome 1

 

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.