[Lu !] Le Défilé des vanités, bienvenue dans l’enfer du décor des rédactions de mode

LITTERATURE – Cécile Sépulchre dresse un portrait sans complaisance des rédactions de mode parisiennes en dévoilant les coulisses dans Le Défilé des vanités désormais disponible en format poche.

Le_defile_des_vanitesMartine Pouelzoc est une jeune bretonne qui rêve de Paris, de sa mode luxueuse et glamour, de son rythme effréné. Restée coincée en Bretagne à étudier ? Très peu pour elle. Selon elle, ce dont elle a besoin avant tout pour devenir rédactrice de mode, c’est d’un très bon carnet d’adresses et d’un œil aiguisé. Lorsqu’elle arrive à Paris, elle commence donc par passer voir sa tante directrice d’un bureau de presse spécialisé dans la mode. Une première étape qui va lui permettre de se relooker à l’aide des vêtements destinés au service de presse et de laisser dernière elle sa Bretagne plan plan. Désormais rebaptisée Marine de Rubempré, plus tendance et plus chic, la jeune femme part en quête d’un stage. Elle va le décrocher auprès de Raphaël le jeune et puissant directeur artistique du magazine de mode Luxe Addict. Marine commence alors son initiation dans un univers aussi étrange que hors norme où son arrivée va bousculer l’équilibre fragile de la rédaction. Entre la provinciale ambitieuse et les parisiennes blasées, c’est le choc des cultures. D’ailleurs, c’est à ce moment-là qu’Elisabeth, la rédactrice en chef, valide la venue d’un cochon par avion en vue d’un shooting photo souhaité par son rival Raphaël.

Cécile Sepulchre entraîne les lecteurs dans un monde qu’elle maîtrise sur le bout des doigts. Ex-rédactrice en chef L’Officiel de la mode, elle dénonce avec drôlerie les dérives d’un monde déconnecté de la réalité. Ici l’image prime sur le texte, tout change à chaque saison et l’apparence compte plus que tout. Tout est déformé, les retouches photos jusqu’à supprimer le nombril d’un mannequin squelettique ne semble déranger que la rédactrice en chef au sein de la rédaction. L’auteure pointe du doigt un les aberrations d’une industrie qui considère les femmes au-dessus du 38 comme « grosses ».
C’est avec humour que Le Défilé des vanités ouvre les portes de l’envers du décor d’un monde sophistiqué et régit par des centaines de codes. « Le must-have de l’hiver devient le comble de la ringardise en un éclair » bousculant sans cesse les règles d’un petit monde dictatorial. Cécile Sepulchre compulse les frustrations, les convoitises, le snobisme et l’arrogance, l’hypocrisie. Elle met en évidence les excès et les conflits qui régissent la rédaction. Elle synthétise avec efficacité un microcosme.
Martine cherche à atteindre un idéal qui ressemble pour le lecteur à une aberration. Heureusement dans cet univers tyrannique Bille, une jeune assistante reste une bouffée d’air frais. Malgré ses formes son tallent et son efficacité lui permette de se maintenir en place.

Plus piquant que Le Diable en Prada, Le Défilé des vanités est aussi plus instructif sur les rouages qui font fonctionner la presse luxe et tous les liens entre les créateurs, les attachés de presse et les rédactions des magazines. Cécile de Sépulchre croque avec aisance et sans complexe les mésaventures des rédactrices qui luttent pour conserver leur place et se font la guerre pour se hisser toujours plus haut dans les hautes sphères privilégiées.
La réalité tient une place prépondérante et si l’intrigue rappelle sans aucun doute Le Diable s’habille en Prada, il se montre plus mordant et plus sévère avec les protagonistes auxquels on s’attache progressivement et qu’on aime aussi détester.
Si au-delà de l’humour, on peut s’effrayer d’une tyrannie du luxe et de ses normes hors-normes, le roman corrosif et bien rythmé est servi par la plume accrocheuse et fluide de son auteure.

On tourne les pages avec facilité, on rit et se laisse entrainer par Elisabeth, Bille, Agathe et on découvre tout plein de choses.
Si vous êtes de ce petit monde, rédactrice ou RP (dite « pi ar », c’est plus chic) vous ne manquerez pas de retrouver un peu de vous et de votre quotidien, parole d’attachée de presse !

Auteur : Cécile Sepulchre
Format : poche – 408 pages
Editeur : Points
EAN : 9782757849422
Prix : 7,70 €
Date de sortie : 22 janvier 2015

Ender

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.