[Lu !] Arte tome 2

[tab name= »Fiche »]

Jaquette Arte T02 Titre : Arte vol. 2
Scénario : Kei Ohkubo
Dessin : Kei Ohkubo
Éditeur : Komikku Editions
Format : 208 pages – N&B
Collection : Seinen
Genre : Historique, Tranche de vie
Date de sortie : 19 novembre 2015
EAN : 9782372870610
Prix : 7,90€
Nb de volumes : 4 (série en cours)

© 2013 FLIPFLOPs (AKITASHOTEN)

 

Résumé éditeur

Encore ébranlée par des sentiments nouveaux qu’elle a du mal à contenir, Arte est entraînée par Veronica, sa mécène, dans un quartier miséreux de la ville. La jeune artiste découvre la réalité sordide de la vie d’une ancienne courtisane de renom, qui a sombré dans la déchéance. Alors qu’Arte est sous le choc, Veronica lui demande quel est son rêve d’avenir. Après cette magistrale leçon de vie, Arte est plus que jamais déterminée à prendre son destin en main et à tracer son chemin.

 

Les volumes de la série
arte-1-komikku Jaquette Arte T02 PRESSE  Jaquette Arte T03

[/tab]
[tab name= »Critique »]

MANGA – Arte, une jeune Florentine, souhaite devenir artiste et devenir indépendante financièrement. Or, en plein cœur de la Renaissance, la femme n’a pas sa place dans un atelier. Avec Arte, les éditions Komikku proposent un titre passionnant sur le combat d’une femme pour être reconnue l’égale de l’homme.

Jaquette Arte T02

Arte s’est liée d’amitié avec la belle Veronica. Son indépendance a un prix puisque cette femme est courtisane. Forte de son expérience, elle décide d’entrainer Arte dans les quartiers pauvres afin de lui montrer une triste réalité et lui donner une leçon de vie. En renonçant à ses privilèges pour vivre de sa passion, Arte se lance dans une bataille difficile, surtout que dans le même temps, la jeune fille découvre ses premiers émois amoureux. A une époque où la condition de la femme est difficile, il est des terrains sur lesquels Veronica met en garde Arte. Arte comprend qu’elle doit se méfier de ses propres sentiments mais reste néanmoins fascinée par la courtisane qui joue avec les sentiments des hommes qu’elle reçoit. Que cache Veronica derrière ses intentions bienveillantes à l’égard d’Arte ? Veronica se révèle toujours aussi mystérieuse et son sourire bien des facettes de ses personnalités qu’Arte va dévoiler petit à petit.

Après un premier tome qui nous avait surpris et comblé par sa fraîcheur, lire la suite s’imposait. Arte prend conscience plus que jamais que pour assurer son avenir en tant que femme et être indépendante elle va devoir s’assumer et ne compter que sur elle-même sans laisser à un homme cette opportunité. Dans le cas présent Veronica la met en garde que même l’amour peut conduire à la dépendance puis à la déchéance.

Dans ce deuxième volume d’Arte, l’auteur introduit de nouveaux personnages. Arte retrouve bien sur Veronica avec la relation s’approfondit, mais recroisera aussi la route d’Angelo, l’apprenti de Danilo. Arte doit exécuter ses premières commandes et a fort à faire pour prouver sa détermination à vouloir réussir coûte que coûte. L’auteur dépeint le une jeune femme déterminée qui bien qu’un peu lisse se révèle particulièrement attachante grâce à sa fougue. Arte est admirable. Sa combativité lui permet de mettre toutes ses chances de son côté quitte à sacrifier ses sentiments amoureux.

Kei Ohkubo poursuit sur les thématiques abordées dans le premier tome et explore davantage la condition des femmes, les préjugés auxquels elles sont soumises, leur dépendance aux hommes sans pouvoir se libérer financièrement… L’auteur restitue parfaitement l’effervescence de la Renaissance, son envie de création. En outre, elle s’applique à retranscrire avec véracité les conditions de vie de l’époque et s’attarde dans ce tome sur le système de dot qui régit le mariage des femmes et la nécessité pour les moins fortunées de constituer par elles-mêmes ce pécule indispensable pour trouve un marie respectable. C’est parfaitement illustré par Dacia une fille de paysan.
Arte c’est un peu un chien dans un jeu de quilles. Elle bouscule les codes, asse outre les qu’en dira-t-on et affronte l’adversité avec autant de hargne et de passion qu’elle croque la vie dans ses dessins. Arte a un caractère affirmé et sa sincérité aussi spontanée qu’inébranlable est un délice. Chaque rencontre et chaque étape de son apprentissage sont une occasion de se dépasser. D’ailleurs, c’est à présent son tour de découvrir l’art et la subtilité de négocier auprès de son maître Léo. Arte va devoir faire plus que dessiner, elle va devoir apprendre à vendre son art si elle veut en vivre. Les personnages sont attachants et on souhaite autant voir Arte réussir que les personnes qui l’entourent changer et évoluer à son contact. Arte est une héroïne curieuse qui a soif d’apprendre. Heureusement car c’est là l’occasion pour l’auteur de développer son univers professionnel à travers les différentes facettes du métier de peintre.

Couplé à la richesse scénaristique et aux nombreux détails historiques de l’époque de la Renaissance, le dessin est également toujours aussi précis et fouillé. Kei Ohkubo détaille les décors aussi bien la ville que les intérieurs ou encore les vêtements ajoutant à l’immersion dans le manga.

Arte est un manga toujours aussi positif et réjouissant. Si le message est toujours le même et répété tout au long des deux premiers tomes, cela n’entache en rien le plaisir de suivre Arte.

Auteur : Kei Ohkubo
Format : 208 pages N&B
Editeur : Komikku Editions
EAN : 9782372870610
Prix : 7,90 €
Date de sortie : 19 novembre 2015

[/tab]
[tab name= »News »]

[Récap] Komikku Editions – Les sorties du mois de novembre 2015

[/tab]
[end_tabset]

Ender

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.