[Review] X-Men – Days of Future Past, demain au cinéma

banniere_xmenDOTFP_review

X-Men Days of Future Past - Affiche

Demain, les X-Men font leur retour au cinéma, Bryan Singer (X-Men, X-Men 2) aussi. Et il est clair que X-Men Days of Future Past est le film de super-héros à ne pas manquer. Riche, cohérent et bien rythmé, c’est un bel hommage à l’univers des X-Men dont il est issu tant au cinéma que sur le papier.

Les mutants ont quasiment tous succombés aux Sentinelles développées par Bolivar Trask. Dans un futur dystopique, les derniers survivants luttent sans répit pour conserver un semblant de liberté. Les scénaristes se sont basés sur le scénario du comics « Days of Future Past » et sont parvenu à en extraire l’essentiel tout en créant une véritable continuité et une pertinence avec la franchise créée pour le cinéma. En unifiant les univers des deux franchises cinématographiques X-Men, Bryan Singer nous parle de voyage dans le temps avec comme pilier le Wolverine.

Lorsqu’on adapte un univers au cinéma, il est toujours question de fidélité, de choix et de parti pris. Bryan Singer réussit à piocher dans la richesse de l’univers X-Men les éléments nécessaire à la création d’un bon film cohérent et pertinent.

Wolverine héros des temps futurs, présents et passés…
Le mutant griffu de la planète Marvel se retrouve au cœur d’une intrigue dont il va devoir assumer le bon déroulement. Héros omniprésent, il incarne à lui-seul l’univers X-Men du cinéma. Personnage le plus vu il est aussi celui qui fait vraiment le lien entre tous les films. Hugh Jackman est meilleur à chaque nouvelle apparition, de quoi nous réjouir.
Et ce dernier est vraiment bon. Après un premier X-Men Le Commencement des plus convaincants la Fox a lancé le projet de réunir les deux franchises avec un film réunissant les deux générations de mutants. Une perspective alléchante que l’affiche ratée n’aura heureusement pas complètement ruinée.
Dès les premières images, le film s’empare du futur et pose en quelques minutes une vision d’un avenir dévasté et en ruines. La scène d’ouverture sur un combat épique entre les mutants et les sentinelles est impressionnante. Les super-pouvoirs sont parfaitement maîtrisés pour un rendu efficace et réaliste. Elle a pour but de mener à l’objet même du film : remonter dans le passé pour changer le futur.
Propre aux films X-Men et plus largement à l’ambiance des films Marvel, l’humour est bien au rendez-vous. Distillé de manière efficace tout au long du film, il contrebalance habilement les tensions et le drame qui se déroule à l’écran. Sans chercher à se noyer dans les méandres du voyage temporel, Bryan Singer réalise un film intelligent et cohérent servi par des acteurs impliqués.

Un scénario bien mené par une double dose de mutants.
Le rythme soutenu ne laisse place à aucun temps mort. La réalisation intelligente alterne entre l’action et les phases centrées sur les personnages et leurs réflexions.
La kyrielle de personnages ravira les fans des célèbres mutants. Le casting est impressionnant et si l’on craignait une exploitation ratée des compétences de chacun on peut être rassuré. Chaque personnage trouve sa place et peut s’exprimer. Le film se concentre sur le duo Charles Xavier – Erik Lehnsherr au futur comme au passé. Chacun des duos est merveilleusement interprété par Patrick Stewart (Professeur X), James McAvoy (Charles Xavier jeune), Michael Fassbender (Erik Lehnshner jeune) et Ian McKellen (Magnéto). McAvoy quant à lui est particulièrement convaincant (comme l’était Fassbender dans X-Men Le Commencement). On note les prestations de Peter Dinklage (Game of Thrones) et du frenchy Omar Sy qui incarne un Bishop engagé et combattif. La double dose de mutants

Quicksilver, Deus Ex-Machina ?
De son côté le personnage de Quicksilver est bien amené, le seul reproche qu’on pourrait lui faire c’est son côté Deus ex machina. Certes, côté humour il est rempli bien son rôle mais son aptitude à tout réussir seul fait un peu passer Wolvie et ses compagnons au second plan. Ca présence étant ponctuelle, c’est probablement l’omniprésence de la belle Mystique qui pourrait en agacer plus d’un. A noter malgré tout que le personnage est vraiment intéressant et sa présence, le nœud central du film.

Les effets spéciaux sont réussis, les sentinelles ont été bien repensées et leurs évolutions rendent vraiment bien. Fluides et rapides les effets spéciaux sont beaux. Ca claque et on apprécie grandement. La technique est aujourd’hui capable d’être toujours plus réalistes. Les images des années 70 bénéficient d’un grain et de couleurs propres aux images d’époque notamment à travers les images filmées par les journalistes dans le film.

Le pari de réunir les deux générations de mutants est réussi. X-Men Days of Future Past est terriblement efficace. Il allie humour, action, questionnement intérieur et sensibilité dans un équilibre parfait. La bande originale bien que discrète propose toujours le thème des X-Men et des sonorités dans la continuité des films précédents. L’avenir s’annonce plus lumineux et la scène post-générique très alléchante. Une ouverture pour la saga qui se prépare, on l’espère, pour de nouveaux champs de batailles.

Les +
• Un scénario cohérent et intelligent
• Une réalisation sans temps mort
• Le casting cross-génération

Les –
• Mystique un peu trop présente
• Le Fauve jeune manque cruellement de charisme

 

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Une réflexion sur “[Review] X-Men – Days of Future Past, demain au cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.