Home » Manga » [Lu !] In These Words – Taifu Comics

[Lu !] In These Words – Taifu Comics

[tab name= »Fiche »]

in-these-words-1 Titre : In These Words
Scénario : Narcissus
Dessin : Jun Togai
Editeur : Taifu Comics
Format : 240 pages – 13 x 18 – Couleurs, N&B
Collection : Yaoi (+ de 16 ans)
Genre : Policier
Date de sortie : 13 novembre 2014
EAN : 978-2351808689
Prix : 9,99€
Nb de volumes : 2 (série en cours)

© Guilt|Pleasure 2012 Originally Published in Japan in 2012 by Libre Publishing Co., Ltd..

 

Résumé éditeur

Katsuya Asano, un profiler formé aux États-Unis, est amené à travailler pour la police de Tokyo afin de fournir le profil d’un tueur en série qui sévit depuis plusieurs années.
Grâce à son aide, l’opération est une réussite et Shinohara Keiji est enfin arrêté.
Obnubilé par la personne qui est à l’origine de son arrestation, ce dernier accepte de faire des aveux complets, mais à la condition que Katsuya soit celui qui les recueille.
À peine le jeune profiler vient-il d’accepter qu’il est tourmenté nuit après nuit par le même cauchemar : un homme dont il ne voit pas le visage le retient prisonnier et le torture tout en lui murmurant à l’oreille qu’il l’aime.
La frontière entre rêve et réalité s’effondre alors brutalement pour lui…

 

Les volumes de la série
in-these-words-1  ITW-2-classic_edition
InTheseWords-1-collector_jaq  in-these-words-2

[/tab]
[tab name= »Critique »]

MANGA – Thriller psychologique aux allures de séries américaines, In These Words est un yaoi avec de solides arguments. Les qualités graphiques et scénaristiques font de ce titre un manga complexe et indéniablement intéressant. Un docteur en psychologie va devoir faire parler un tueur en série qui semble trop bien le connaître…

inthesewords01

Katsuya Asano est un psychiatre et profiler qui a contribué à l’arrestation d’un dangereux serial killer particulièrement pervers. Trois ans de traque et plus d’une dizaine de meurtres auront été nécessaires pour percer à jour Shinohara Keiji. Aujourd’hui, il est mandaté par la police pour réussir à obtenir les aveux du criminel. En effet, le meurtrier, un homme redoutablement intelligent désireux d’en apprendre plus sur celui qui a permis son arrestation, ne veut parler qu’à lui. La police y voit l’occasion rêvée de monter un dossier infaillible en vue du jugement.  Déplacé dans une maison hautement sécurisée le temps des interrogatoires, le Docteur Asano est contraint de vivre sous le même toit que le tueur en série. Cette proximité et la tension due à la situation va renforcer ses cauchemars et développer ses angoisses. Épuisé par des migraines à répétitions, le Docteur Asano est sujet nuit après nuit à des cauchemars violents et tourmentés. Pourquoi y est-il séquestré, attaché et sexuellement torturé par un homme dont il ne voit pas le visage ?  Pourtant son geôlier lui murmure à l’oreille qu’il l’aimera toujours… Pourquoi a-t-il un sentiment de déjà vu auprès du criminel. Petit à petit la lisière entre le rêve et la réalité fait place à une vérité encore plus crue et brutale.

Le regard est instantanément capter par la couverture du manga. Le talent de de l’illustratrice incontestable avant même d’ouvrir l’ouvrage. Loin des stéréotypes du genre yaoi, Jun Togai plonge les lecteurs dans une ambiance lourde et réaliste dès les premières cases du manga.

Pour l’anecdote, le duo à l’origine de In These Words est américain. Les deux femmes puisent donc dans le style anglo-saxon comme japonais pour le découpage du manga et sa dynamique. Si le chara design des personnages est fortement influencé par un trait japonais il n’en reste pas moins dans le détail et le travail des ombres très occidental. Un compromis qui séduira les lecteurs moins sensible au style japonais.

Si le dessin est réussi et retient notre attention, le manga tient surtout ses promesses au niveau du scénario. Ce premier tome s’ouvre sur une dizaine de pages de récit. La chronologie du récit puis de la bande dessinée sont empreints de confusion. Les cauchemars d’Asano ressemblent à des souvenirs d’événements vécus dont il n’a pourtant rien gardé en mémoire. Entre fantasme et effroi, Asano se perd dans les méandres de sa mémoire qui semble lui faire défaut. Ses migraines toujours plus violentes sont d’ailleurs soulagées par des médicaments dont il ne souvient pas non plus qui ou quand on les lui a prescrits. La scénariste Narcissus parvient à ménager son suspense en plaçant le lecteur face à un récit morcelé et plein de trous à l’image de la mémoire du héros.
Le face à face entre les deux personnages rend les souvenirs d’Asano encore plus ambigüs. Sont-ce des souvenirs refoulés, une projection, un fantasme ?

L’état d’esprit de Katsuya Asano tranche avec l’image qu’il renvoie. Bel homme, intelligent et perspicace, il se cache derrière une froideur et un contrôle permanents. Sa confrontation avec le meurtrier est une épreuve pour se contenir, pour ne pas se laisser briser. Ce face à face psychologique entre les deux hommes est  très intéressant, intriguant. L’alternance avec les scènes cauchemardesques Asano agit comme un puzzle dont on assemble les pièces les unes après les autres. On élimine des hypothèses, on cherche à en savoir plus.

Les dessins sont superbes. Les décors sont travaillés et l’esthétique des personnages est très éloignée du style yaoi habituel. En revanche, attention, les scènes de sexe sont plus qu’explicites ! A la fois très réussies et particulièrement violentes, elles mettent en scène des tortures physiques et des viols d’un serial killer adepte de domination. Si elles sont crues, elles ne sont néanmoins pas dénuées d’utilité et restent crédibles.

Le manga est proposé en deux versions. L’édition limitée est dotée d’une couverture cartonnée qui vient embellir encore le format de 15 x 21 cm. Si l’édition limitée coûte sensiblement plus cher que la version classique, elle propose néanmoins un format plus grand, une couverture alternative superbement illustrée qui en font un très bel objet pour les fans du genre. L’édition classique est quant à elle également très qualitative puisqu’elle propose aussi les premières pages en couleurs.

In These Words est un thriller angoissant, très sombre. Le scénario ménage son suspense et le face à face entre les personnages mérite amplement que l’on se penche dessus. Ce seinen parvient à développer une intrigue dès ce premier tome. Au-delà de son image sulfureuse In These Words offre un scénario bien construit, approfondi et complexe. Le personnage principal se retrouve au cœur de l’intrigue à bien des niveaux Si le yaoi est souvent un prétexte, ici le traitement de la sexualité fait partie intégrante du développement de l’histoire en faisant un élément clé et surtout utile. Pour peu que le yaoi ne soit pas votre tasse de thé, ne vous laissez pas rebuter par cela car il réserve une intrigue vraiment prenante qui vaut vraiment que l’on s’y attarde.

A réserver à un public adulte et averti au regard de son contenu érotique particulièrement violent.

 

Auteur : Mei Nagano
Format : 192 pages – Couleurs – N&B
Editeur : Komikku
Collection : Seinen

EAN : 978-2372870498
Prix : 7,90€
Date de sortie : 30 avril 2015

[/tab]

[end_tabset]

About the author

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.