[Interview] Rencontre avec Chihiro TAMAKI, petite plongée dans son univers livresque.

INTERVIEW – C’est à l’occasion de sa troisième venue en France lors Paris Manga & Sci-Fi Show en novembre 2014 que nous avons eu le plaisir de rencontrer et interviewer Chihiro TAMAKI.

chihiro_tamakiLa mangaka est connue en France pour ses œuvres Walkin’ butterfly publiée chez Asuka et Fool on the rock éditée par Kazé Manga. Chihiro TAMAKI a su toucher les lecteurs par ses histoires aux styles très différents. Walkin’ butterfly est un titre touchant qui aborde des sujets sensibles voire difficiles comme la délinquance et le mal-être, de la remise en question à l’acceptation de soi. Visiblement ravie d’être en France, nous avons saisi cette opportunité pour lui poser quelques questions. Souriante, elle accepte de se livrer à un petit jeu de questions-réponses.

 

Adam et Ender : Êtes-vous une grande lectrice ?

Chihiro Tamaki : Je lis pas mal et grâce à Kindle je lis encore beaucoup plus.

A&E : Quel type d’univers appréciez-vous ?

C.T. : Je lis de la science-fiction ou encore des récits réalistes.

A&E : Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

C.T. : Un livre sur les techniques des arnaqueurs pour arnaquer.

A&E : Pour quelle raison, pour arnaquer ou ne pas être arnaquée ?

C’est non sans un petit rire que cette femme de caractère nous répond dans un sourire.

C.T. : Un peu des deux. Mais surtout pour arnaquer les hommes ! (rires)

A&E : Vous créez des personnages pour vos mangas. Des personnages inventés auxquels vous donnez vie à travers vos histoires. A quel personnage existant aimeriez-vous donner vie si la situation se présentait ?

C.T. : J’ai lu l’histoire d’Helena Lewinsky une reine de l’immobilier aux Etats-Unis qui est morte à présent. Elle avait si mauvais caractère que ça en devenait presque plaisant… et, donc, j’aimerais adapter sa vie dans une bande dessinée. Au Japon, il n’y a pas trop d’occasion ou de demande pour faire de la BD. Alors j’apprécierais beaucoup avoir cette opportunité. Je cherche l’occasion à l’étranger donc on peut me contacter ! (rires)

A&E : Il y a 13 ans maintenant, quel a été le déclic qui vous a décidé à vous lancer ?

C.T. : Je travaillais avant dans une petite maison d’édition, et une partie de mon travail était d’ouvrir les courriers soumis à la rédaction. Je me suis dit que si d’autres le faisaient, je pouvais certainement moi aussi proposer mes projets. Voilà comment j’ai basculé de ce côté-là de l’édition !

A&E : Vous avez travaillé sur des sujets très différents les uns des autres. Où puisez-vous l’inspiration pour vos œuvres ?

C.T. : A l’heure actuelle, je ne fais que des œuvres à la demande, et de ce fait, j’attends qu’on me donne un point de départ et je conçois l’histoire par la suite, telle une barbe à papa j’enrobe le bâton d’un nuage de sucre.

L’interview touche à sa fin, on aborde la question qui nous brûle les lèvres…

A&E : A ce jour sur quel projet travaillez-vous ?

C.T. : En ce moment je suis sur une série comique avec un trais plus simplifié. C’est ma première expérience dans ce domaine-là donc c’est très intéressant. C’est un manga de golf un peu fantaisiste, mais pour un public d’enfant.

A&E : Puisqu’on en parle, si vous aviez un livre pour enfant à conseiller lequel serait-il ?

C.T. : Quand j’étais petite ce que j’aimais c’était les encyclopédies, je ne le recommanderai pas forcément mais je le conseille, c’est pas mal. (rires)

A&E : Si vous aviez, un livre pour adulte à conseiller lequel serait-il ?

C.T. : Cela serait Monoku Itobito, littéralement ça veut dire « Personne qui bouffe des trucs », mais il ne faut pas s’arrêter au titre. Cette œuvre, à travers la culture culinaire et ce que mangent les gens, traite des problèmes socio-politiques de différents pays. Par ce biais, car c’est une des activités principales de l’homme, ça permet de découvrir les problèmes liés à ce pays. Un exemple concret, un épisode qui se passe en Thaïlande une usine de nourriture pour chat qui exporte ses produits à l’étranger. Cette pâté pour chat coûte plus cher que ce que mange les Thaïlandais sur place. Les chats à l’étranger sont mieux nourrit que les ouvriers de cette usine, c’est une des choses dont ce livre parle voire dénonce.

Nous attendons avec impatience les nouveaux projets de Chihiro TAMAKI.

Nous remercions Chihiro TAMAKI pour son temps, E. Bochew son interprète ainsi que le service de presse de Paris Manga & Sci-Fi Show. (15 novembre 2014)
Propos recueillis par Ojwa.

 

Ender

Ender

Claire "Ender" a fait de la communication son métier. Si sa curiosité professionnelle l'a poussée à créer son blog, c'est bien sa passion de la culture et de l'entertainment qui la motive à le développer au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.